ct

HP ouvre ses serveurs à mission critique à l'architecture x86

HP se lance dans un projet d'envergure qui vise à réunir les architectures serveur UNIX et x86 au sein d'une plateforme unique pour les systèmes critiques : son Projet Odyssey.

Les serveurs haut de gamme Integrity vont pouvoir accueillir des processeurs Intel Xeon x86, compatibles Windows et Linux, qui viennent disputer le règne de l'Itanium vieillissant que HP et Intel maintiennent coûte que coûte malgré son abandon par le reste de l'industrie.

Sur les deux prochaines années, Hewlett-Packard compte porter vers Windows et Linux une partie des logiciels dédiés à l'origine au HP-UX, son implémentation maison propriétaire des standards UNIX.

D'ici là, de nouveaux serveurs lames et rack x86 font aussi partie de la nouvelle feuille de route de HP. Ils pourront être insérés côte à côte avec des serveurs basés Itanium dans les futurs châssis DragonHawk et HydraLynx.
De même, le système Superdome, capable de gérer des centaines de coeurs de processeurs en même temps, aura droit à des processeurs Xeon dans le même châssis Superdome 2.

HP entend apporter ainsi une « disponibilité inégalée sur le marché, des performances augmentées et le choix sans compromis d’une plate-forme unique pour les clients. »

HP suit avec ce projet l'évolution d'un marché qui exige pour des raisons financières évidentes une simplification des environnements informatiques. C'est aussi une réponse de la part de HP aux sollicitations de ses partenaires logiciels qui veulent passer une partie de leurs développements aux architectures X86.

Les premiers produits de cette stratégie de convergence devront arriver d'ici deux ans. L'annonce survient en pleine offensive d'Oracle contre HP qu'il accuse devant les tribunaux de payer Intel afin de garder Itanium en vie.

informatique R0ma1n blog

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×