ct

Maps API payante : Google s'explique, environ un site sur 300 sera concerné après 90 jours consécutifs de dépassement de quota

Google entend facturer aux sites le surplus d'utilisation de l'API Google Maps. Son annonce laissait toutefois plusieurs zones d'ombre. Un nouveau billet du blog Geo Developers vient apporter quelques clarifications, avec quelques informations clés :
Des sites peuvent dépasser épisodiquement les 25 000 chargements de cartes quotidien sans être concernés par le paiement. Ils doivent en quelque sorte confirmer leur popularité en dépassant ce plafond pendant 90 jours d’affilée.
Ce n'est qu'à ce moment que la facturation commence, épargnant ainsi les sites qui « peuvent occasionnellement connaître des pics de trafic », comme des sites illustrant un scoop avec des cartes, explique Thor Mitchell, Product Manager, Google Maps API.

Les sites à but non lucratif ne seront pas non plus facturés, tout comme ceux provenant de pays ne supportent pas la solution de paiement Google Checkout (bientôt intégré à Google Wallet). Les sites de la fondation Wikimedia (entre autres) pourraient donc être épargnés.

Ainsi, Google estime qu'environ un seul site sur 300 utilisant Google Maps API sera concerné (0.35 %).

Pour mesurer l'utilisation de ses applications, Google vient d'intégrer les versions 2 et 3 de Maps API (mais pas encore la v3 Styled) avec Google APIs Console, un tableau de bord centralisé.

Les développeurs devront ajuster leurs applications pour inclure à l'URL de chargement de l'API une clé pour navigateur générée dans l'APIs Console.

Les applications sont délimitées par domaine, mais les développeurs peuvent utiliser plusieurs clés d'API pour une même application diffusée sur plusieurs domaines (miroirs ou le même site disponible sur .com et .net par exemple)

Seuls les chargements de l'API JavaScript sont comptabilisés (une seule fois par page), indépendamment des manipulations des cartes.

blog R0ma1n Google