ct

Steve Jobs

Steve Jobs: Eventuel "homme de l'année" pour le Time

Steve Jobs fait partie des personnalités nominées pour faire la couverture de Time Magazine en tant qu'homme de l'année 2011. S'il était choisi, ce serait la première fois que cette "distinction" est attribuée à titre posthume. Steve Jobs est notamment nominé aux côtés de Mohamed Bouazizi, le vendeur de fruits qui s'est immolé et a déclenché la révolution en Tunisie, et de ce qu'on appellerait ici les "indignés" (angry people), en référence au parallèle
 fait en ce moment entre les mouvements Occupy Wall Street et Tea Party. En 2010, c'est Mark Zuckerberg qui avait été désigné personnalité de l'année par le magazine.

La biographie de Steve Jobs disponible en France

Steve JobsLe livre de Walter Isaacson a été traduit dans notre langue par Dominique Defert et Carole Delporte. On le trouve en librairies depuis le 25 octobre.
 Il permet d'en apprendre beaucoup sur la vie de Steve Jobs...

Epais de plus de 650 pages, le texte est édité chez nous par JC Lattés. Son titre est simplement "Steve Jobs", contre "Steve Jobs : A Biography" en anglais.
 On y découvre de multiples facettes de l'ancien patron d'Apple, autant positives que négatives.

L'ouvrage parle de son enfance, de Pixar, de ses expériences relatives au LSD, de sa haine des stylets, de son abandon par ses parents biologiques,
 de sa maladie, des gueulantes phénoménales qu'il savait pousser à l'encontre de ses employés, de sa manie du détail, de sa haine féroce d'Android,
 de son arrogance, etc.

Certains chapitres sont dédiés à l'histoire d'Apple, l'entreprise, pour les lecteurs moins intéressés par les passages sur la vie privée.
 Le livre contient aussi de nombreuses photographies (surtout le cahier central sur papier glacé) le présentant en famille ou au travail.

Steve Jobs : "je vais détruire Android parce que c'est un produit volé"

Walter Isaacson, biographe officiel de Steve Jobs, relate dans son ouvrage à paraître lundi que le défunt patron d'Apple avait une sérieuse dent contre Google. Jobs serait allé jusqu'à affirmer à Eric Schmidt qu'il consacrerait si nécessaire ses dernières forces à « détruire Android ».

Steve Jobs 1955 2011
On savait Apple prête à défendre farouchement les développements liés à son système d'exploitation mobile des assauts de la concurrence, comme en témoignent les homériques batailles judiciaires que se livrent la firme et Samsung. On ne se doutait en revanche pas forcément de l'importance que revêtait la question pour Steve Jobs qui, d'après son biographe autorisé, en aurait fait une affaire personnelle.

Lire la suite

Richard Stallman «content que Steve Jobs soit parti»

Sa réaction est passée un peu inaperçue dans le grand concert d’hommages qui ont suivi l’annonce du décès de Steve Jobs. Richard Stallman,
le pape du logiciel libre, créateur de la Free Software Foundation, a cependant indiqué en quelques mots, sur son site personnel, à quel point il
abhorrait le fondateur d'Apple et ce qu’il représentait. «Steve Jobs, le pionnier de l’ordinateur conçu comme une prison cool, mise au point pour
 supprimer leur liberté aux idiots, est mort », n’hésite-t-il pas à dire, avant de paraphraser le maire de Chicago : « Je ne suis pas content qu’il
soit mort, mais je suis content qu’il soit parti.»
Il précise son propos : «Personne ne mérite de mourir – pas Jobs, ni même Mr Bill, même pas des gens plus malfaisants qu’eux. Mais nous méritons tous la fin de l’influence néfaste de Jobs sur l’informatique. Malheureusement, cette influence continue malgré son absence. Nous ne pouvons qu’espérer que ses successeurs, alors qu’ils tentent de continuer son œuvre, seront moins efficaces.»
Des propos durs, qui scandalisent la communauté Mac… Mais pas si étonnants pour ce militant radical : habitué des petites phrases assassines, Stallman s’est toute sa vie opposé au logiciel propriétaire et récemment très vivement à Apple, notamment lors de la sortie de l’iPad. La FSF avait à l’époque lancé une pétition sous forme de lettre à Steve Jobs afin de demander à Apple de supprimer les DRM de ses appareils. « En produisant des ordinateurs où chaque application est soumise à un contrôle total et centralisé, Apple met en péril notre liberté pour engranger des bénéfices », indiquait notamment le texte.

Steve Jobs - Dieu - est mort

Steve Jobs est un Dieu

Un très grand homme est mort. Il aura tout de même révolutionné le monde informatique et le monde multimédia. Le fondateur d'Apple s'est éteint Mercredi à 56 ans à cause d'un cancer du pancréas.

"Vous souvenir que vous pouvez mourir est la meilleure façon d'éviter de penser que vous avez quelque chose à perdre" expliquait Steve Jobs en 2005, après avoir échappé à un cancer de la prostate. En 2009, une greffe du foie réalisée à Memphis à l'issue d'une course folle en hélicoptère lui donnait une nouvelle chance. Cette fois-ci, la maladie a été la plus forte... Celui qui, après le Macintosh, a changé la donne de la musique (iPod), de la téléphonie (iPhone), et du multimédia (iPad) vient de s'éteindre. Quand il est né, les téléphones avaient des cadrans, les télévisions ressemblaient à des cubes, et on écoutait la musique sur des 78 tours. Le fondateur d'Apple a passé sa vie à changer la nôtre..

Né à San Francisco le 24 février 1955, Steve Jobs souffrait de graves problèmes de santé depuis plusieurs années. Il avait été atteint en 2004 d'une forme rare de cancer du pancréas et avait subi une transplantation du foie en 2009. En congé maladie depuis janvier dernier, il avait annoncé sa démission de son poste de directeur général le 24 août, cédant les rênes à son numéro deux Tim Cook."Apple a perdu un visionnaire et un créateur de génie, et le monde a perdu un être humain incroyable", a réagi ce dernier, dans un courriel aux employés du groupe rendu public.

"Steve laisse derrière lui une société que seul lui pouvait avoir bâtie, et son esprit sera pour toujours la fondation d'Apple", a-t-il poursuivi. Steve Jobs avait confondé l'entreprise dans un garage en 1976 avec Steve Wozniak. Il avait démissionné en 1985 au terme d'une lutte de pouvoir interne et le groupe avait périclité jusqu'à son retour aux commandes en 1997.
Il avait depuis orchestré le lancement des produits vedettes de la marque à la pomme croquée : de l'ordinateur iMac à la tablette iPad, en passant entre temps par le baladeur numérique iPod ou le téléphone multifonctions iPhone, dont la dernière version avait été présentée mardi.

"Steve est mort en paix aujourd'hui entouré de sa famille", a indiqué sa famille dans un communiqué distinct.

Plusieurs millers de personnes dans le monde sont allés déposer des roses blanches, des pommes et des mots devant tous les Apple Stores et devant le siège en Californie.

Pour ma part, je suis très fier d'avoir vécu durant la révolutionnaire époque "Steve Jobs".